Représentations équestres du roi

écouter

 

par Bleuenn Ricordel

De tout temps, le cheval a marqué l’esprit de l’Homme. J’en veux pour preuves les fresques pariétales, les chevaux de l’Apocalypse de la Bible, les vaillants destriers des contes et les statues équestres des condottieri en Italie. Les religions occidentales, les mythes amérindiens, les légendes mongoles et les poèmes arabes mettent en scène les équidés. C’est dire l’importance de ces animaux dans l’imaginaire collectif, dans la création artistique. Mais son rôle ne se cantonne pas à l’art, il le transcende. Comme l’affirme Muriel Guigou : « En faisant partie de ses premières représentations, le cheval a participé à la genèse de l’humanité, le moment où l’homme crée un nouveau monde imaginaire pour mieux s’approprier le réel. » Continuer la lecture de Représentations équestres du roi

Le cheval dans l’antiquité, un autre regard

écouter

par MARIE-THÉRÈSE CAM, professeur de latin, PaHST Patrimoine, Histoire des Sciences et des Techniques

Marie-Thérèse Cam rappelle la longueur et la patience du travail entrepris sur les manuscrits du Digesta artis mulomedicinae de Végèce: ses recherches ont commencé en 2002 afin de pouvoir réunir, établir les manuscrits; elle collabore avec une vétérinaire qui est aussi historien afin de l’aider dans sa compréhension de certains termes et de certaines réalités. En effet les textes considérés sont extrêmement techniques et contraignent le chercheur à retrouver le savoir antique. Continuer la lecture de Le cheval dans l’antiquité, un autre regard

Du chevalier au tankiste : la noblesse allemande et son rapport au cheval

écouter

par ELSA JAUBERT-MICHEL, maître de conférences en études germaniques à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre de l’équipe de recherche ERLIS

Cette intervention se propose de retracer les évolutions du rapport de la noblesse allemande au cheval, depuis les premiers siècles de notre ère et la place du cheval dans les croyances germaniques, jusqu’aux profondes mutations du XXe siècle. La figure du chevalier y tient bien évidemment une place centrale, à la fois sociale, militaire et symbolique. Elle se cristallise dans l’imaginaire collectif sous une forme qui allie noblesse, pouvoir et héroïsme, et qui au XXe siècle imprègne encore fortement les esprits. L’attachement de la noblesse au cheval et le lien étroit entre la monture et son cavalier joueront ainsi un rôle particulier dans l’évolution de l’aviation et de l’arme blindée.

L’école d’équitation espagnole de Vienne fête ses 450 ans en juin 2015

450 Jahre Spanische Hofreitschule – ein glanzvolles Jubiläum

1565 wird in einem Dokument  ein Betrag von hundert Gulden “zur Aufrichtung des Thumblplatz im Garten an der Purgkh alhie” genannt. Dies muss als erste Erwähnung der späteren Spanischen Hofreitschule angesehen werden. Die Spanische Hofreitschule Wien, eines der bedeutendsten Kulturgüter Österreichs, ist weltweit nicht nur die älteste, sie ist auch die einzige Reitinstitution, an der seit über 430 Jahren die Hohe Schule der klassischen Reitkunst in reinster Form gepflegt und praktiziert wird. Continuer la lecture de L’école d’équitation espagnole de Vienne fête ses 450 ans en juin 2015

Mozart à cheval à Salzbourg

Bartabas fait danser les chevaux sur la plus grande scène lyrique du monde, le fameux Manège des rochers à Salzbourg. Dans le cadre de la Semaine Mozart il met en scène une cantate de Mozart, « Davide Penitente » K 469. Il s’agit d’une pièce rarement jouée mais dont la musique est connue, puisque Mozart réutilisa le « Kyrie » et le « Gloria » de sa messe en ut-mineur pour illustrer un texte de Saverio Mattei. Bartabas fait évoluer les chevaux de l’Académie équestre de Versailles devant les musiciens et les chanteurs qui sont placés sur 3 étages de galeries adossées à la roche qui constitue le fond de scène du manège. Marc Minkowski dirige ses Musiciens du Louvre Grenoble et le « Bachchor » de Salzbourg depuis son pupitre devant la scène. Les solistes sont Christiane Karg (soprano), Marianne Crebassa (mezzo-soprano) et Stanislas de Barbeyrac (ténor). Continuer la lecture de Mozart à cheval à Salzbourg

Pour un bestiaire fantastique. Le cheval blanc dans « Der Schimmelreiter » de Theodor Storm

écouter

par ALAIN MUZUELLE – professeur de germanistique à l’université de Nancy, associé au Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine (CEGIL)

Cette communication  porte sur la nouvelle testamentaire de Theodor Storm L’Homme au cheval blanc (Der Schimmelreiter), et plus précisément sur la figure centrale du cheval blanc qui accompagne Hauke Haien, personnage principal du récit. Alain Muzelle s’intéresse aux fonctions multiples de l’animal dans le texte, tant du point de vue psychologique que symbolique et intertextuel, et se concentre en particulier sur son rôle dans l’intrigue fantastique qui structure l’ouvrage, tant il est vrai que son entrée en scène doit être considérée comme une des plus importantes de cette intrigue.

Macbeth au Théâtre du Centaure… chassez le naturel il revient au galop

écouter

par Stéphane Vaudevire

La compagnie du Théâtre du Centaure, basée à Marseille, après avoir donné en 1998 une version « centauresque » de la pièce de Jean Genet Les Bonnes, aborda en 2001 le répertoire de Shakespeare en adaptant librement Macbeth. La spécificité de cette troupe est de « mettre en selle » les textes de leurs créations. Il s’agit pour les acteurs centaures, monstres mi-homme mi-cheval, d’incarner les personnages. Continuer la lecture de Macbeth au Théâtre du Centaure… chassez le naturel il revient au galop

La culture équestre militaire, entre représentation aristocratique et science du combat

par FRÉDÉRIC CHAUVIRÉ – enseignant, historien CERHIO

écouter

Le lien entre le cheval et la guerre est particulièrement prégnant dans l’imaginaire collectif. Pourtant, les premiers ouvrages français d’art équestre, vers la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, n’abordent la question des pratiques guerrières que de manière très superficielle. Cette relative absence de l’aspect militaire s’explique par le poids de l’imaginaire politique et des représentations aristocratiques. L’équitation proprement militaire ne parvient que très progressivement à se dégager de l’équitation aristocratique, à partir du milieu du XVIIIe. On voit alors se constituer une équitation caractérisée par son aspect utilitariste, professionnalisant. Une équitation qui contribue à l’affirmation d’une nouvelle dimension de l’imaginaire équestre, faisant écho à l’entrée de la civilisation européenne dans le monde de la rationalité scientifique.

Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

Logo_Cerisy_complet1(du samedi 17 mai au jeudi 22 mai 2014)

 DIRECTION : Jean-Pierre AUBERT (délégué à l’évolution des métiers et de l’emploi à la SNCF, club hippique à Versailles, master sur la modernisation), Eric LEROY DU CARDONNOY (ERLIS, Université de Caen-Basse Normandie), Céline VIAL (ingénieur de recherche de l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation UMR MOISA INRA Montpellier). Continuer la lecture de Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

Approche éthologique des chevaux

par CLAIRE NEVEUX – éthologue
Ethonova

écouter

L’éthologie est la science qui étudie le comportement animal. Elle s’intéresse non seulement au fonctionnement du comportement propre à l’individu, mais aussi à ses relations avec ses congénères et son environnement. Au cours de leur vie, les chevaux domestiques sont soumis à de nombreuses périodes de stress: la naissance, le sevrage, les changements d’écurie, les transports, les compétitions, les périodes de confinement… Or, ces périodes stressantes peuvent engendrer l’apparition de comportements non désirés comme des stéréotypies (ou vices d’écurie), des comportements de défense (comme ruer ou se cabrer), des comportements agressifs (comme des morsures entre congénères ou envers l’homme). Etudier et mieux comprendre le comportement du cheval domestique et son lien avec l’homme permet d’améliorer ses conditions de vie (modes d’hébergement, changements d’écurie) et les pratiques d’élevage ou de compétition (modes de sevrage, conditions de transport…), et par là-même son bien-être.

Le traité de Cesare Fiaschi (XVIe siècle) et sa postérité en France

écouter

par PHILIPPE BOSSIER – prof. dr. P.G.
university of groningen

Le Traité de bien embrider, manier et ferrer les chevaux du gentilhomme de Ferrare et célèbre écuyer de la première modernité en Europe connut plusieurs traductions françaises peu après la publication de l’édition originale italienne en 1556 à Bologne (Trattato dell’imbrigliare, atteggiare & ferrare cavalli). À première vue, il s’agit d’un succès éditorial évident pour celui qui fonda en 1534, à la prestigieuse cour de la famille d’Este de Ferrare, – par ailleurs premier berceau européen de la littérature chevaleresque avec l’Arioste et le Tasse -, une école d’équitation qui allait former à travers son élève napolitain Jean-Baptiste Pignatelli les fondateurs français de la discipline, à savoir Antoine de Pluvinel et Salomon de la Broue. Malgré ce succès historique, la renommée de Cesare Fiaschi (1523-1558) a aujourd’hui quasiment disparu, si ce n’est pour les quelques rares spécialistes des premières théories de l’art du cheval au XVIe et XVIIe siècles. Par ailleurs, le nombre très limité d’études approfondies concernant ce maître de l’équitation démontre le même contraste entre une évidence historique et un quasi-oubli aujourd’hui. D’où vient cet oubli et comment expliquer ce paradoxe ? Continuer la lecture de Le traité de Cesare Fiaschi (XVIe siècle) et sa postérité en France

Les statues équestres de la Renaissance en Italie : une question de pouvoir

Aux trois statues équestres monumentales de bronze que l’on trouve en Italie au XVe siècle, on peut ajouter le projet ambitieux de Léonard de Vinci qui a donné lieu à un cahier manuscrit consacré aux chevaux. Mais cela est encore très peu à une époque où les sculpteurs font la gloire de l’Italie. L’article décrit, analyse et interprète ces statues équestres notamment à la lumière de leur dimension politique.

Sleipnir, le cheval d’Odin

écouter

par FRANÇOIS ÉMION – REIGENN – Paris Sorbonne

Sleipnir est le cheval du dieu Odin. Il a été conçu dans des circonstances particulières et transgressives (parjure, métamorphose de son « père », le dieu Loki, transformé pour l’occasion en jument). Il possède huit pattes, ce qui symbolise non seulement sa rapidité exceptionnelle (Sleipnir signifie « celui qui glisse ») mais également sa faculté à passer d’un monde à l’autre. C’est ainsi que nous le décrit la littérature islandaise médiévale du XIIIe siècle. Mais l’image d’un cheval surnaturel doté de huit pattes est plus ancienne puisqu’elle apparaît dès le VIIIe s. sur des pierres historiées de l’île de Gotland, à l’autre extrémité du monde nordique. Il est possible que Sleipnir entre dans des représentations liées à des pratiques chamaniques attribuées à Odin, même si cette interprétation ne fait pas l’unanimité parmi les spécialistes. En revanche il incarne très certainement l’une des principales fonctions symboliques du cheval dans les croyances des scandinaves pré-chrétiens, celle de conducteur de l’âme des défunts dans l’au-delà. Cette fonction psychopompe est largement attestée par les sépultures aristocratiques païennes où l’on retrouve quasi systématiquement un ou plusieurs chevaux inhumés ou incinérés à proximité du mort. Une telle pratique n’est d’ailleurs pas limitée à la culture nordique puisqu’elle est attestée dans l’ensemble du monde germanique et chez d’autres peuples encore. Sleipnir n’a pas donné lieu, en l’état de nos connaissances, à des récits mythiques spécifiques. Il n’intervient, dans les mythes qui nous sont parvenus, que comme un personnage secondaire, une monture divine. Mais il incarne, jusqu’à notre époque, une sorte d’emblème du paganisme nordique.

Imaginaire du cheval de l'Antiquité à nos jours