La force d’un imaginaire

Ce carnet qui débute aujourd’hui n’a rien à voir avec les polémiques éventuelles pour ou contre l’hippophagie; il s’agit d’un simple hasard de dates si l’ouverture du carnet semble coïncider avec le « horsegate » qui frappe depuis plusieurs semaines toute une partie de l’Europe occidentale

On le voit par l’enquête qui vient d’être ouverte en France et qui fait suite aux autres scandales en Europe autour de la viande chevaline intégrée à des plats estampillés « pure viande de bœuf »: on ne peut pas jouer avec la force d’un imaginaire. Le cheval est présent depuis la nuit des temps dans presque toutes les civilisations et représente encore aujourd’hui un potentiel qui va bien au-delà des simples changements d’utilisation auxquels cet animal a été soumis par notre civilisation au cours du temps. Or, imaginaire et nourriture terrestre ne semblent pas faire bon ménage. L’hypersensibilité des réactions que la révélation des fraudes manifeste est tout à fait symptomatique de la place de l’imaginaire lié à cet animal dans certains pays.

Ce fait « divers » révèle la nécessité d’une interrogation sur l’imaginaire, la place et la fonction de cet animal particulier dans la sphère européenne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *