Le cheval dans l’antiquité, un autre regard

écouter

par MARIE-THÉRÈSE CAM, professeur de latin, PaHST Patrimoine, Histoire des Sciences et des Techniques

Marie-Thérèse Cam rappelle la longueur et la patience du travail entrepris sur les manuscrits du Digesta artis mulomedicinae de Végèce: ses recherches ont commencé en 2002 afin de pouvoir réunir, établir les manuscrits; elle collabore avec une vétérinaire qui est aussi historien afin de l’aider dans sa compréhension de certains termes et de certaines réalités. En effet les textes considérés sont extrêmement techniques et contraignent le chercheur à retrouver le savoir antique.

Végèce Renatus (fin IVe siècle), comte des largesses sacrées, chrétien, transmet un auteur, Absyrtus, et ses passages inédits avec un savoir remarquable, qui n’a pas attendu les traités vétérinaires tel Bourgelat. On connaît très peu de choses sur sa vie, mais il semble avoir possédé une écurie, avoir été membre de l’aristocratie et contemporain de Théodose dont il était proche. On connaît de lui plusieurs ouvrages dont deux ouvrages qui ont été des bestsellers immédiats dès leur parution: De re militari et Digesta artis mulomedicinae.

L’importance du traité de Végèce s’explique par la place privilégiée de l’animal dans la vie de l’époque, tant privée que publique. Il faut rappeler que les vétérinaires, qui étaient la plupart du temps d’extraction modeste, étaient des personnages importants, notamment dans les cirques afin de soigner les chevaux lorsque ceux-ci étaient blessés par exemple. Avant Végèce et Pelagonius la médecine vétérinaire ne se distinguait pas comme science indépendante des simples traités d’agriculture. Cette littérature est révélatrice d’une micro-société en pleine effervescence : le corpus tant en grec qu’en latin est très important et reflète la période faste de l’hippiatrie dans l’Antiquité latine.

La médecine vétérinaire est influencée par la médecine humaine, notamment Galien, et elle suit, dans les manuels et traités qui nous sont parvenus, l’ordre canonique en partant de la tête vers les extrémités.

Même si Végèce suit un ordre précis, utilise une méthode que l’on pourrait qualifier de rationnelle – il ordonne les chapitres thématiquement –  et un vocabulaire arithmétique, il n’en reste pas moins que dans la dernière partie où il traite des remèdes, il finit par s’en remettre à des formules et potions de l’ordre de la magie, n’hésitant pas à invoquer Poséidon, le dieu cheval.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *