La culture équestre militaire, entre représentation aristocratique et science du combat

par FRÉDÉRIC CHAUVIRÉ – enseignant, historien CERHIO

écouter

Le lien entre le cheval et la guerre est particulièrement prégnant dans l’imaginaire collectif. Pourtant, les premiers ouvrages français d’art équestre, vers la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, n’abordent la question des pratiques guerrières que de manière très superficielle. Cette relative absence de l’aspect militaire s’explique par le poids de l’imaginaire politique et des représentations aristocratiques. L’équitation proprement militaire ne parvient que très progressivement à se dégager de l’équitation aristocratique, à partir du milieu du XVIIIe. On voit alors se constituer une équitation caractérisée par son aspect utilitariste, professionnalisant. Une équitation qui contribue à l’affirmation d’une nouvelle dimension de l’imaginaire équestre, faisant écho à l’entrée de la civilisation européenne dans le monde de la rationalité scientifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *