Le traité de Cesare Fiaschi (XVIe siècle) et sa postérité en France

écouter

par PHILIPPE BOSSIER – prof. dr. P.G.
university of groningen

Le Traité de bien embrider, manier et ferrer les chevaux du gentilhomme de Ferrare et célèbre écuyer de la première modernité en Europe connut plusieurs traductions françaises peu après la publication de l’édition originale italienne en 1556 à Bologne (Trattato dell’imbrigliare, atteggiare & ferrare cavalli). À première vue, il s’agit d’un succès éditorial évident pour celui qui fonda en 1534, à la prestigieuse cour de la famille d’Este de Ferrare, – par ailleurs premier berceau européen de la littérature chevaleresque avec l’Arioste et le Tasse -, une école d’équitation qui allait former à travers son élève napolitain Jean-Baptiste Pignatelli les fondateurs français de la discipline, à savoir Antoine de Pluvinel et Salomon de la Broue. Malgré ce succès historique, la renommée de Cesare Fiaschi (1523-1558) a aujourd’hui quasiment disparu, si ce n’est pour les quelques rares spécialistes des premières théories de l’art du cheval au XVIe et XVIIe siècles. Par ailleurs, le nombre très limité d’études approfondies concernant ce maître de l’équitation démontre le même contraste entre une évidence historique et un quasi-oubli aujourd’hui. D’où vient cet oubli et comment expliquer ce paradoxe ?
Un premier élément de réponse nous est fourni justement par le questionnaire central autour duquel s’organise ce colloque : qu’en est-il de l’imaginaire du cheval et quelle est sa prétendue portée universelle? Force est de constater que « l’universalité de l’imaginaire du cheval » constitue la base même des premiers traités italiens (chez Cesare Fiaschi mais aussi chez son contemporain Federico Grisone, auteur du traité Gli ordini del cavalcare, Naples, 1550), alors que ses homologues français quittent assez vite ce principe humaniste de l’universalité pour inscrire l’exercice de la cavalerie dans un contexte de concrétisations et d’actualisations des valeurs éternelles défendues par la renaissance italienne. Autrement dit, ce qui relève encore en Italie du domaine de l’éthique, voire de la métaphysique (exploitant aussi bien Platon qu’Aristote), se traduira à peine quelques décennies plus tard en France en termes de privilèges de la royauté et de la noblesse, de son pouvoir (la guerre et la paix) et de sa géopolitique militant pour une domination française en Europe. À ce sujet, il est intéressant de comparer Fiaschi et Grisone à La Broue (Le cavalerice francois, Paris, 1602) et à Pluvinel (Maneige royal, Paris, 1623). Un autre élément de réponse concerne l’existence même d’une discipline autonome et indépendante de l’équitation et du « monde des chevaux », chose évidente au XXIe siècle. Or, au moment de la naissance de cet universalisme, la discipline n’existe pas encore en tant que telle et reste donc indissociable d’autres domaines du savoir et de la pratique quotidienne où l’homme cultivé s’exerce avec son corps au contact de la nature et de l’univers tout entier: la danse, la promenade dans le jardin, la conversation entre pairs, la contemplation des étoiles et le mouvement en ville. D’où la fréquence déterminante des concepts tels la vertu (et son dérivé immédiat, la virtuosité), la divine harmonie, l’ordre et la régularité, le rythme du cosmos, la mesure et la juste proportion: il n’est donc pas surprenant de constater qu’il s’agit bien là des mêmes fondamentaux qui régissent l’histoire de l’art au moins jusqu’à l’art baroque, à laquelle justement les premiers traités de l’art du cheval nous donnent un apport intéressant qui mérite d’être remis en valeur.

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/2763


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *