Les chevaux : de l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires

Logo_Cerisy_complet1(du samedi 17 mai au jeudi 22 mai 2014)

 DIRECTION : Jean-Pierre AUBERT (délégué à l’évolution des métiers et de l’emploi à la SNCF, club hippique à Versailles, master sur la modernisation), Eric LEROY DU CARDONNOY (ERLIS, Université de Caen-Basse Normandie), Céline VIAL (ingénieur de recherche de l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation UMR MOISA INRA Montpellier).

 ARGUMENT :

 S’agissant du cheval, l’on ne saurait qu’être impressionné par la force de l’imaginaire qu’il suscite à travers les âges et les civilisations. Entre respect et passion, entre vénération et domination, les chevaux sont, maintenant, promis à un bel avenir. L’imaginaire du cheval, dont témoignent les productions artistiques sous leurs formes les plus diverses (peinture, sculpture, littérature, cinéma), connaît auprès de publics variés (dont les jeunes femmes) un engouement qui, loin de se démentir, se renouvelle dans la mesure où les valeurs que l’on peut associer aux chevaux (la nature, le vivant, la sensualité, l’esthétique, l’émotion, le jeu, le partage, le soin) rencontrent certaines aspirations de la société contemporaine.

Si leurs fonctions traditionnelles (la guerre, le travail agricole) se sont restreintes, leur devenir, dans une économie des loisirs, se construit autour d’une grande variété d’usages, allant des plus notoires (courses, sports, loisirs, spectacles) aux plus nouveaux (cheval territorial, tourisme, équithérapie, insertion sociale), qui, ensemble, peuvent contribuer à un développement plus durable des territoires.

Paradoxalement, le « monde des chevaux » ne semble pas en mesure de faire face seul à ce nouveau contexte. En effet, relativement atomisé, structuré verticalement (sports et loisirs, courses et paris hippiques, traction animale, production de viande) selon des domaines qui communiquent peu entre eux, il se trouve confronté à des fragilités aussi bien institutionnelles (moindre soutien de l’État, réglementations sur le bien-être animal et fiscalités européennes, concurrence internationale) qu’organisationnelles (petites entreprises, coût du travail, emplois précaires, métiers, formation).

L’enjeu est alors de relever les défis que, dans une société menacée par la crise, pose une telle situation, et cela en conciliant activité économique viable (notamment par un positionnement sur les marchés mondiaux des chevaux) et contribution sociétale dans le domaine de l’aménagement du territoire (beauté des paysages, préservation de l’environnement, activités rurales et péri-urbaines), ainsi qu’en matière de développement humain et de lien social (dans le cadre de nouvelles relations homme-femme/cheval).

Faisant l’hypothèse de la permanence et de l’universalité de l’imaginaire du cheval, ce colloque adoptera une approche prospective, systémique et horizontale, visant à mettre en mouvement, avec le soutien des responsables politiques des collectivités territoriales, de l’État et de l’Europe, l’ensemble des acteurs qui œuvrent et vivent autour des chevaux, afin d’inventer des formes de coopérations inédites donnant un nouvel élan à la filière équine.

Il s’agira, à l’échelle d’une région (la Normandie par exemple), d’une part d’appréhender les enjeux (culturels, écologiques, économiques, sociaux, territoriaux) que représentent les chevaux, et, d’autre part, d’étudier comment mettre en synergie la variété des usages et des publics en faveur d’un développement durable des territoires français (activités, emplois, attractivité, maillage).

http://www.ccic-cerisy.asso.fr/cheval14.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *