Représentations équestres du roi

écouter

 

par Bleuenn Ricordel

De tout temps, le cheval a marqué l’esprit de l’Homme. J’en veux pour preuves les fresques pariétales, les chevaux de l’Apocalypse de la Bible, les vaillants destriers des contes et les statues équestres des condottieri en Italie. Les religions occidentales, les mythes amérindiens, les légendes mongoles et les poèmes arabes mettent en scène les équidés. C’est dire l’importance de ces animaux dans l’imaginaire collectif, dans la création artistique. Mais son rôle ne se cantonne pas à l’art, il le transcende. Comme l’affirme Muriel Guigou : « En faisant partie de ses premières représentations, le cheval a participé à la genèse de l’humanité, le moment où l’homme crée un nouveau monde imaginaire pour mieux s’approprier le réel. »

On part donc ici de l’art, de la peinture française de l’époque moderne, pour atteindre à la fois l’onirique et le réel. En effet, l’iconographie permet d’accéder indirectement au cheval vivant, à son élevage, aux techniques équestres et aux bouleversements qu’ils ont connus. Mais force est de constater que représenter le roi cavalier revient aussi à symboliser le pouvoir, du XVIe au XVIIIe siècle. Les modalités du portrait princier changent en fonction des fluctuations de son autorité et des difficultés de son gouvernement. Plus encore, l’équidé se définit comme un miroir de son temps puisque son omniprésence dans la société d’ancien régime fournit des indices sur la vie politique, sociale, économique et culturelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *