À propos

Les rapports des hommes avec les chevaux se sont toujours inscrits dans une double perspective d’admiration et de vénération pour un animal considéré entre tous comme noble d’une part, et d’autre part dans un rapport de domination à vocation utilitariste jusqu’au siècle dernier (puissance guerrière des cavaliers par domestication de l’animal, par exemple) : des liens sous le signe du paradoxe, comme l’attestent la valeur bénéfique (franchissement de l’espace, vitesse, organothérapie par exemple) et maléfique à la fois de l’animal (les quatre cavaliers de l’Apocalypse par exemple), et son association tantôt à la virilité, tantôt à la féminité.

Le cheval ne représentant plus la même importance économique (la traction hippomobile ayant été remplacée par l’automobile), l’animal a pris une place prépondérante dans le domaine du sport, même si le sport hippique existe depuis l’Antiquité.
Les mutations culturelles de tout ordre que l’Europe a subies au cours des âges peuvent très bien être étudiées via le prisme que représente le cheval (dimension tout autant symbolique et mythique que réelle, dimension psychanalytique, perspective synchronique et diachronique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Imaginaire du cheval de l'Antiquité à nos jours