Archives de catégorie : Séminaire 2013-2014

La culture équestre militaire, entre représentation aristocratique et science du combat

par FRÉDÉRIC CHAUVIRÉ – enseignant, historien CERHIO

écouter

Le lien entre le cheval et la guerre est particulièrement prégnant dans l’imaginaire collectif. Pourtant, les premiers ouvrages français d’art équestre, vers la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle, n’abordent la question des pratiques guerrières que de manière très superficielle. Cette relative absence de l’aspect militaire s’explique par le poids de l’imaginaire politique et des représentations aristocratiques. L’équitation proprement militaire ne parvient que très progressivement à se dégager de l’équitation aristocratique, à partir du milieu du XVIIIe. On voit alors se constituer une équitation caractérisée par son aspect utilitariste, professionnalisant. Une équitation qui contribue à l’affirmation d’une nouvelle dimension de l’imaginaire équestre, faisant écho à l’entrée de la civilisation européenne dans le monde de la rationalité scientifique.

Les statues équestres de la Renaissance en Italie : une question de pouvoir

Aux trois statues équestres monumentales de bronze que l’on trouve en Italie au XVe siècle, on peut ajouter le projet ambitieux de Léonard de Vinci qui a donné lieu à un cahier manuscrit consacré aux chevaux. Mais cela est encore très peu à une époque où les sculpteurs font la gloire de l’Italie. L’article décrit, analyse et interprète ces statues équestres notamment à la lumière de leur dimension politique.

Sleipnir, le cheval d’Odin

écouter

par FRANÇOIS ÉMION – REIGENN – Paris Sorbonne

Sleipnir est le cheval du dieu Odin. Il a été conçu dans des circonstances particulières et transgressives (parjure, métamorphose de son « père », le dieu Loki, transformé pour l’occasion en jument). Il possède huit pattes, ce qui symbolise non seulement sa rapidité exceptionnelle (Sleipnir signifie « celui qui glisse ») mais également sa faculté à passer d’un monde à l’autre. C’est ainsi que nous le décrit la littérature islandaise médiévale du XIIIe siècle. Mais l’image d’un cheval surnaturel doté de huit pattes est plus ancienne puisqu’elle apparaît dès le VIIIe s. sur des pierres historiées de l’île de Gotland, à l’autre extrémité du monde nordique. Il est possible que Sleipnir entre dans des représentations liées à des pratiques chamaniques attribuées à Odin, même si cette interprétation ne fait pas l’unanimité parmi les spécialistes. En revanche il incarne très certainement l’une des principales fonctions symboliques du cheval dans les croyances des scandinaves pré-chrétiens, celle de conducteur de l’âme des défunts dans l’au-delà. Cette fonction psychopompe est largement attestée par les sépultures aristocratiques païennes où l’on retrouve quasi systématiquement un ou plusieurs chevaux inhumés ou incinérés à proximité du mort. Une telle pratique n’est d’ailleurs pas limitée à la culture nordique puisqu’elle est attestée dans l’ensemble du monde germanique et chez d’autres peuples encore. Sleipnir n’a pas donné lieu, en l’état de nos connaissances, à des récits mythiques spécifiques. Il n’intervient, dans les mythes qui nous sont parvenus, que comme un personnage secondaire, une monture divine. Mais il incarne, jusqu’à notre époque, une sorte d’emblème du paganisme nordique.