Le cheval, animal politique

Article à propos du livre de Jean-Louis Gouraud « Le Cheval, animal politique » (Lausanne, Favre, 2009, 160 p., 29,90€), intéressant sur les liens entre l’image que les hommes politiques veulent donner d’eux-mêmes et l’exercice du pouvoir, en l’occurrence sous toutes ses formes, qu’elles soient démocratiques, tyranniques, dictatoriales, car le cheval a ces deux qualités merveilleuses de ne pas parler et d’avantager son cavalier, en en étant réduit à la seule fonction de faire-valoir qui est celle du piédestal : « c’est désormais un outil de promotion » du cavalier quel qu’il soit.

Jérôme Garcin Nouvel Observateur 6/11/2009

Le cheval en images

Colloque : Le cheval en images. Arts et société (Paris, BNF, 26-27 septembre 2013) à la Bibliothèque nationale de France

Inscription par mail auprès de Renaud FAYET :
colloque.cheval@gmail.com

voir http://crcv.hypotheses.org/2615 et http://www.chateauversailles-recherche.fr/francais/recherche-et-formation/colloques-et-journees-d-etudes/annee-2013/le-cheval-en-images-art-et-societe.html

retour du cheval dans nos assiettes?

De nouveau un scandale autour du cheval et de la consommation de sa chair, aujourd’hui il s’agit de la viande de cheval de selle. Même si cet animal a disparu de notre horizon quotidien, il semble bien toujours présent, même en arrière-fond, pour resurgir de temps à autre, un peu à la manière d’un refoulé. Notre relation avec cet animal, qui fut pendant des millénaires si symbiotique, ne peut se défaire en l’espace de quelques décennies.

Désormais la Commission se serait « engagée à créer un fichier d’identification unique et centralisé des chevaux dans l’Union » (Le Monde 02/09/2013), ce qui ferait de ce symbole de liberté et d’indépendance, même dompté, un animal fiché, traçable. Les valeurs imaginaires associées au cheval vont-elles en pâtir ? Ou bien est-ce là l’occasion de renforcer paradoxalement les valeurs qui lui étaient attribuées ? Comme l’écrit Édouard de Mareschal dans l’article publié par le Figaro du 06/09/2013 et consacré à ce scandale : « signe de la spécificité de cet animal dans son rapport avec l’homme, la décision de l’envoyer à l’abattoir ne reviendra qu’à une seule personne, son maître. »

Le cheval e(s)t le bien-être

Le cheval a désormais une fonction que l’on pourrait qualifier de paraclétique dans notre monde global, et certains semblent l’avoir compris. Je vous invite à consulter cette page britannique qui fait de l’équitation certes un sport, mais qui montre également à quel point la proximité à cet animal permet de renouer avec un (bio)rythme qui vient contrebalancer les effets perçus comme néfaste de notre monde « glocal » (Roland Robertson et Zygmunt Bauman).

Le cheval peut se pratiquer à tout âge et quelles que soit la condition physique. Le cheval permet de rester mince et en forme – un moyen de lutter contre une obsession de notre temps qu’est l’obésité. De nouveaux liens se tissent donc dans l’imaginaire occidental entre l’homme et le cheval…

http://www.hoofride.co.uk/