Les statues équestres de la Renaissance en Italie : une question de pouvoir

Aux trois statues équestres monumentales de bronze que l’on trouve en Italie au XVe siècle, on peut ajouter le projet ambitieux de Léonard de Vinci qui a donné lieu à un cahier manuscrit consacré aux chevaux. Mais cela est encore très peu à une époque où les sculpteurs font la gloire de l’Italie. L’article décrit, analyse et interprète ces statues équestres notamment à la lumière de leur dimension politique.

Sleipnir, le cheval d’Odin

écouter

par FRANÇOIS ÉMION – REIGENN – Paris Sorbonne

Sleipnir est le cheval du dieu Odin. Il a été conçu dans des circonstances particulières et transgressives (parjure, métamorphose de son « père », le dieu Loki, transformé pour l’occasion en jument). Il possède huit pattes, ce qui symbolise non seulement sa rapidité exceptionnelle (Sleipnir signifie « celui qui glisse ») mais également sa faculté à passer d’un monde à l’autre. C’est ainsi que nous le décrit la littérature islandaise médiévale du XIIIe siècle. Mais l’image d’un cheval surnaturel doté de huit pattes est plus ancienne puisqu’elle apparaît dès le VIIIe s. sur des pierres historiées de l’île de Gotland, à l’autre extrémité du monde nordique. Il est possible que Sleipnir entre dans des représentations liées à des pratiques chamaniques attribuées à Odin, même si cette interprétation ne fait pas l’unanimité parmi les spécialistes. En revanche il incarne très certainement l’une des principales fonctions symboliques du cheval dans les croyances des scandinaves pré-chrétiens, celle de conducteur de l’âme des défunts dans l’au-delà. Cette fonction psychopompe est largement attestée par les sépultures aristocratiques païennes où l’on retrouve quasi systématiquement un ou plusieurs chevaux inhumés ou incinérés à proximité du mort. Une telle pratique n’est d’ailleurs pas limitée à la culture nordique puisqu’elle est attestée dans l’ensemble du monde germanique et chez d’autres peuples encore. Sleipnir n’a pas donné lieu, en l’état de nos connaissances, à des récits mythiques spécifiques. Il n’intervient, dans les mythes qui nous sont parvenus, que comme un personnage secondaire, une monture divine. Mais il incarne, jusqu’à notre époque, une sorte d’emblème du paganisme nordique.

la filière cheval, les Mondiaux et l’avenir

vous pouvez assister à la discussion qui a eu lieu entre PAUL ESSARTIAL, président du conseil des chevaux de Basse-Normandie ; LAURENCE MEUNIER, présidente du pôle de compétitivité « Cheval » ; GUILLAUME FORTIER, directeur du Laboratoire Franck Duncombe ; LÉNA MARTEAU, responsable R&D Normandy Biotech lors des rencontres Normandie Demain du 2 octobre 2013

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/6835

Le cheval, animal politique

Article à propos du livre de Jean-Louis Gouraud « Le Cheval, animal politique » (Lausanne, Favre, 2009, 160 p., 29,90€), intéressant sur les liens entre l’image que les hommes politiques veulent donner d’eux-mêmes et l’exercice du pouvoir, en l’occurrence sous toutes ses formes, qu’elles soient démocratiques, tyranniques, dictatoriales, car le cheval a ces deux qualités merveilleuses de ne pas parler et d’avantager son cavalier, en en étant réduit à la seule fonction de faire-valoir qui est celle du piédestal : « c’est désormais un outil de promotion » du cavalier quel qu’il soit.

Jérôme Garcin Nouvel Observateur 6/11/2009

Le cheval en images

Colloque : Le cheval en images. Arts et société (Paris, BNF, 26-27 septembre 2013) à la Bibliothèque nationale de France

Inscription par mail auprès de Renaud FAYET :
colloque.cheval@gmail.com

voir http://crcv.hypotheses.org/2615 et http://www.chateauversailles-recherche.fr/francais/recherche-et-formation/colloques-et-journees-d-etudes/annee-2013/le-cheval-en-images-art-et-societe.html

retour du cheval dans nos assiettes?

De nouveau un scandale autour du cheval et de la consommation de sa chair, aujourd’hui il s’agit de la viande de cheval de selle. Même si cet animal a disparu de notre horizon quotidien, il semble bien toujours présent, même en arrière-fond, pour resurgir de temps à autre, un peu à la manière d’un refoulé. Notre relation avec cet animal, qui fut pendant des millénaires si symbiotique, ne peut se défaire en l’espace de quelques décennies.

Désormais la Commission se serait « engagée à créer un fichier d’identification unique et centralisé des chevaux dans l’Union » (Le Monde 02/09/2013), ce qui ferait de ce symbole de liberté et d’indépendance, même dompté, un animal fiché, traçable. Les valeurs imaginaires associées au cheval vont-elles en pâtir ? Ou bien est-ce là l’occasion de renforcer paradoxalement les valeurs qui lui étaient attribuées ? Comme l’écrit Édouard de Mareschal dans l’article publié par le Figaro du 06/09/2013 et consacré à ce scandale : « signe de la spécificité de cet animal dans son rapport avec l’homme, la décision de l’envoyer à l’abattoir ne reviendra qu’à une seule personne, son maître. »

Le cheval e(s)t le bien-être

Le cheval a désormais une fonction que l’on pourrait qualifier de paraclétique dans notre monde global, et certains semblent l’avoir compris. Je vous invite à consulter cette page britannique qui fait de l’équitation certes un sport, mais qui montre également à quel point la proximité à cet animal permet de renouer avec un (bio)rythme qui vient contrebalancer les effets perçus comme néfaste de notre monde « glocal » (Roland Robertson et Zygmunt Bauman).

Le cheval peut se pratiquer à tout âge et quelles que soit la condition physique. Le cheval permet de rester mince et en forme – un moyen de lutter contre une obsession de notre temps qu’est l’obésité. De nouveaux liens se tissent donc dans l’imaginaire occidental entre l’homme et le cheval…

http://www.hoofride.co.uk/

Un cheval de course génial

Robert Musil, L’Homme sans qualités (traduction de l’allemand de Philippe Jaccottet), Paris, Editions du Seuil, Chapitre 13. Un cheval de course génial confirme en Ulrich le sentiment d’être un homme sans qualités.

 Or, un beau jour, Ulrich renonça même à vouloir être un espoir. Alors déjà, l’époque avait commencé où l’on se mettait à parler des génies du football et de la boxe; toutefois, les proportions demeuraient raisonnables: pour une dizaine, au moins, d’inventeurs, écrivains et ténors de génie apparus dans les colonnes de journaux, on ne trouvait encore, tout au plus, qu’un seul demi-centre génial, un seul grand tacticien du tennis. L’esprit nouveau n’avait pas encore pris toute son assurance. Mais c’est précisément à cette époque-là qu’Ulrich put lire tout à coup quelque part (et ce fut comme un coup de vent flétrissant un été trop précoce) ces mots: « un cheval de course génial ». Ils se trouvaient dans le compte rendu d’une sensationnelle victoire aux courses, et son auteur n’avait peut-être même pas eu conscience de la grandeur de l’idée que l’esprit du temps lui avait glissée sous la plume.  Ulrich comprit dans l’instant quel irrécusable rapport il y avait entre toute sa carrière et ce génie des chevaux de course. Le cheval, en effet, a toujours été l’animal sacré de la cavalerie ; dans sa jeunesse encasernée, Ulrich n’avait guère entendu parler que de femmes et de chevaux, il avait échappé à tout cela pour devenir un grand homme, et voilà qu’au moment même où, après des efforts divers, il eût peut-être pu se sentir proche du but de ses aspirations, le cheval, qui l’y avait précédé, de là-bas le saluait… (…)

La force d’un imaginaire

Ce carnet qui débute aujourd’hui n’a rien à voir avec les polémiques éventuelles pour ou contre l’hippophagie; il s’agit d’un simple hasard de dates si l’ouverture du carnet semble coïncider avec le « horsegate » qui frappe depuis plusieurs semaines toute une partie de l’Europe occidentale

On le voit par l’enquête qui vient d’être ouverte en France et qui fait suite aux autres scandales en Europe autour de la viande chevaline intégrée à des plats estampillés « pure viande de bœuf »: on ne peut pas jouer avec la force d’un imaginaire. Le cheval est présent depuis la nuit des temps dans presque toutes les civilisations et représente encore aujourd’hui un potentiel qui va bien au-delà des simples changements d’utilisation auxquels cet animal a été soumis par notre civilisation au cours du temps. Or, imaginaire et nourriture terrestre ne semblent pas faire bon ménage. L’hypersensibilité des réactions que la révélation des fraudes manifeste est tout à fait symptomatique de la place de l’imaginaire lié à cet animal dans certains pays.

Ce fait « divers » révèle la nécessité d’une interrogation sur l’imaginaire, la place et la fonction de cet animal particulier dans la sphère européenne.

Imaginaire du cheval de l'Antiquité à nos jours